Retour accueil

Vous êtes actuellement : NEO (jeunes enseignants) 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site syndiquer le forum

Compte-rendu Audience avec la Directrice de l’ESPE du 12-10-17

lundi 6 novembre 2017

Le SNUipp-FSU a souhaité rencontrer Mme BRUNOT, directrice de l’ESPE, pour échanger sur la formation, exposer son projet syndical sur la formation initiale et porter la parole des professeurs des écoles stagiaires (PES).

Vous trouverez ci-dessous les questions abordées par le SNUipp-FSU :

La formation proposée à l’ESPE

Quelles formations adaptées proposez-vous au PES Liste Complémentaire de l’an dernier ?

Mme BRUNOT nous explique la diversité des PES présents sur l’ESPE de NIMES : des concours externes, des listes complémentaires, des concours internes, ceux qui ont déjà un master MEEF, ceux qui ont un autre MASTER, ceux qui n’ont pas de MASTER, des renouvellements… L’ESPE de Nîmes propose plusieurs types de D.U. (diplôme universitaire) pour s’adapter au mieux aux besoins des stagiaires. Pour les PES qui étaient l’an dernier liste complémentaire, rien n’ a été mis en place spécifiquement pour eux, ils ont été réparti dans divers groupes pour partager leur expérience. Les formateurs s’adaptent en fonction de l’expérience de chacun.

Quelle aide proposez-vous aux PES qui rencontrent des difficultés ?

Mme BRUNOT nous explique le dispositif DASC (Dispositif d’Aide, de Soutien et de Conseil) . C’est un suivi non obligatoire et proposé aux PES qui permet de remédier aux difficultés de chacun. Il peut être proposé par les PEMF (tuteur terrain), le tuteur universitaire, le conseiller pédagogique de la circonscription et peut être à la demande du PES. Ce dispositif est mis en place lorsque le PES rencontre des difficultés de gestion de classe mais aussi des difficultés pédagogiques comme la rédaction de fiche de préparation…. Mme BRUNOT insiste sur le fait de ne pas « stigmatiser » les PES qui ont un DASC car l’objectif premier est de les accompagner pour la réussite de leur année de stage. L’an dernier sur 20 DASC mis en place, 5 des collègues ainsi accompagnés ont été renouvelés. Le DASC permet environ 3/4 de réussite. Le SNUipp-FSU précise que ce dispositif est plutôt bien accueilli par les PES mais qu’un manque de communication existe lors de sa mise en place qui crée parfois des tensions entre PES / tuteurs, PES/ équipe enseignante… et parfois est mal vécu par les PES. Mme BRUNOT précise qu’à ce jour il n’y a qu’un DASC, et que lors de sa mise en place l’inspection et l’ESPE doivent être informés.

Par rapport à l’an dernier, les relations entre Inspection et ESPE ont-elles évolué ?

Mme BRUNOT nous explique qu’aujourd’hui les missions de chacun dans l’accompagnement et la gestion des personnels sont bien définies.

Les remontées des étudiants et PES concernant les UE de la formation.

Nous avons fait part à Mme BRUNOT des besoins des PES concernant leur formation. Dans l’ensemble ils sont plutôt satisfaits de leur M1 pour la préparation aux concours, plutôt satisfaits de leur M2 pour la préparation de classe, fiche de préparation, progressions, pédagogie… Cependant ils demandent plus d’UE sur les gestes professionnels, la conduite de classe, ce que recouvre le métier de l’enseignant ( toute la partie administrative, le travail avec la communauté éducative, les droits des personnels…)

Nous avons donné des exemples sur les T1 (PES de l’an dernier) qui sont en classe et ont des difficultés à gérer toute cette partie du métier. De plus nous avons constaté que les T1, lors de l’affectation des sans postes, ont plutôt choisi des postes fractionnés que des postes pleins car ils ne se sentent pas « prêts » pour être responsable d’une classe seul. Cela démontre que la formation initiale réduite à une année à mi-temps en classe et mi-temps à l’ESPE ne suffit pas pour les nouveaux enseignants. Mme BRUNOT en convient.

Concernant le mémoire et la recherche :

- Des thèmes sont-ils imposés aux étudiants ?

Mme BRUNOT nous explique que pour le site de Nîmes il existe 8 grands thèmes. Les thèmes des mémoires proposés dépendent des chercheurs présents sur le site, donc les thèmes peuvent varier selon les départements d’une même académie.

- En cas de redoublement, les PES doivent-ils en écrire un nouveau ?

Mme BRUNOT rappelle qu’ils peuvent retravailler sur leur mémoire pour l’approfondir.

- Qu’est il exigé à un PES ayant déjà un master ?

Selon les textes, les PES ayant déjà un master doivent pour être titularisés validés un D.U (diplôme universitaire), ils doivent donc produire un écrit réflexif

Les PES

Quel est le nombre de PES ? Les redoublants ? Les prolongements ?

Mme BRUNOT nous informe qu’à ce jour il y a 188 PES en tout dont 8 renouvellements (redoublants) et 3 prolongations.

Quel est le nombre de maîtres formateurs dans le département ? Combien de PES ont-ils chacun en charge ?

Cette année il y a 36 maîtres formateurs pour 188 PES. Un PEMF suit entre 2 et 6 stagiaires. Le SNUipp-FSU dénonce le manque de PEMF dans le département. Cette année les PEMF ont eu le choix entre 0,5 ou 0,33 de décharge dans leur mission de formateur. Le SNUipp-FSU soulève le problème du nombre de PES par PEMF qui est identique que l’on soit à 0,33 ou 0,5 de décharge.

Les difficultés rencontrées par les PES

Le SNUipp-FSU a rappelé la forte exigence et la pression que subissent les PES. En effet, ils sont à la fois considérés comme des professionnels responsables devant les élèves, les parents, les collègues et comme des étudiants de master 2 à l’ESPE.

Nous avons alerté la directrice concernant la souffrance des stagiaires qui sont fatigués mentalement. Nous recevons de plus en plus d’appel à l’aide de PES en souffrance, épuisés et qui dès le mois de septembre se mettent en arrêt maladie. Le problème ne vient pas des PES, des collègues, des formateurs mais bien de la formation initiale et du mi-temps en classe.

Le SNUipp-FSU du GARD a diffusé un questionnaire sur les conditions de travail des stagiaires qui sera porté lors du CHS-CT et conseille aux PES en souffrance de remplir les fiches RSST.

Malgré la préparation à la prise de classe qui a été organisée en début d’année (1 semaine avant la rentrée), non rémunérée d’ailleurs, pourquoi les PES ne sont-ils toujours pas accompagnés dans leurs débuts sur le terrain ?

La mise en place d’une tutelle sur le terrain pendant les 15 premiers jours serait bénéfique. Nous sommes les seuls dans la Fonction Publique qui laissons un stagiaire seul sur le terrain dans ses débuts. C’est inacceptable ! De plus aucun temps institutionnel n’existe pour permettre aux PES et titulaires de la classe de se rencontrer, ce qui met en difficulté les PES et les équipes.

Le projet du SNUipp-FSU sur la formation initiale

Pour le SNUipp-FSU, enseigner est un métier qui s’apprend. Il faut donc une formation ambitieuse avec des moyens données aux ESPE. Le SNUipp-FSU porte un projet de formation initiale de la licence jusqu’à l’année de T2 validée par un master avec :
- dès la licence( L3), des UE de professionnalisation et de préparation au concours
- concours en fin de L3 avec comme suite de formation l’obtention d’un master en tant que fonctionnaire stagiaire.
- Les périodes de stages en classe ne doivent pas dépasser le 1/3 temps : 1 jour par semaine en classe et des stages filés dans l’année (ce qui permettrait des stages dans les autres niveaux et des supports de remplacement pour les titulaires).
- Proposer différents niveaux de classes et différents types de postes (classe ordinaire, classe unique, REP+, SEGPA, ULIS...)
- une année de T1 à mi-temps et une poursuite de la formation en T2.

Il est urgent de s’attaquer à la crise de recrutement et démocratiser l’accès au métier, de permettre une véritable formation initiale « Les stagiaires ne doivent pas être des moyens d’enseignement. »

Laetitia MELLADO - Mathilde CANET

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1


SNUipp 30, 26 bis rue Becdelièvre 30900 Nîmes Tel : 04 66 36 63 52 Fax : 04 66 36 63 53 Email : snuipp30