Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site syndiquer le forum

CTSD du 7 février

mercredi 7 février 2018

Après un groupe de travail préparatoire où le SNUipp-FSU a une fois de plus démontré tout le travail fait en amont des instances, les délégués SNUipp-FSU ont siégé ce jour en CTSD.

Vous trouverez ci-dessous la déclaration liminaire lue en séance.

Monsieur le Directeur Académique, Mmes et Mrs les IEN,

« Quand M. K. apprit que ses anciens élèves faisaient son éloge, il dit : longtemps après que les élèves ont oublié les fautes du maître, lui se les rappelle encore. » a écrit Bertolt Brecht

Le document académique sur les prévisions de la rentrée 2018 fait état d’un total de 235934 élèves. Vous n’êtes pas sans savoir que les représentants FSU au CTA, lors de la séance en date du 2 février 2018, ont émis de sérieux doutes sur les chiffrages académiques. La variation académique de + 35 élèves est selon la FSU de + 2833, chiffrage que Mme la recteure communiquera à ses services comme elle s’y est engagée.

Dans notre département, nous avons bien étudié vos documents de travail : au lieu des 63808 élèves attendus la simple addition des élèves mentionnés dans le catalogue école fait apparaître 64355 élèves soit un écart d’environ 550 élèves.

Lors du CDEN du 25 novembre 2017 ; « bilan de rentrée », dont nous avions salué la tenue, nous vous parlions du E/c de 2003 (22,06 en élémentaire), qui était monté à 22,75 (toujours en élémentaire) à la rentrée 2017. Vous nous indiquiez alors que le P/E lui, avait augmenté pour atteindre 5,40. Certes, mais cela ne tient pas compte de la chute de la scolarisation de plus de 1100 élèves de TPS entre ces deux dates qui ferait revenir le P/E plus bas que celui de 2003.

Vous disposez donc de 13 postes pour effectuer la mesure phare annoncée par le ministre de l’Education Nationale. Cela ne suffira pas, il vous faudra « piocher » dans les postes de PMQDC non pourvus à la rentrée 2017 et transformer tous les postes de PMQDC des écoles REP en poste dédiés au dédoublement de classes de CP dans ces écoles. Notre ministre se réjouit de voir le nombre d’élèves par classe diminuer grâce cette mesure de dédoublement des CP et CE1 en REP+ et des CP en REP. Au niveau national, près de 100 000 classes comportent 25 élèves ou plus en 2016, dont environ 7 000 à plus de 30 élèves, selon les chiffres fournis par le ministère. Dans le Gard, 42 écoles élémentaires sont à une moyenne de 25 par classe et plus, 8 écoles primaires ont une moyenne de plus de 26 élèves et 19 écoles maternelles de plus de 27 élèves. D’après la dernière étude internationale PIRLS, le niveau des élèves français ne cesse de baisser et, la seule réponse du ministre, est de vouloir comme en 2008 appuyer de nouveau sur les fondamentaux. Or, nul ne peut ignorer que la taille des classes est un des leviers de la réussite scolaire. Certes, ce n’est pas le seul bouton sur lequel appuyer. Il faut aussi regarder du côté des pratiques enseignantes, de la formation, de la mixité scolaire, des inégalités sociales. Mais l’influence de la taille des classes ne fait aucun doute et vos propositions ne vont pas dans ce sens.

Le Gard est, depuis plusieurs années selon les documents de la DEGESCO, le premier département au regard du taux de présence des enseignants devant les élèves avec plus de 92%, soit environ 10 % de plus que la moyenne des académies et 8% s’agissant de l’académie de Montpellier. Cet écart représente près de 370 postes. Cela signifie dans les écoles un accompagnement morcelé des collègues dans l’exercice de leur mission, pour les élèves en difficulté plus aucun RASED dans le milieu ordinaire. Pour le SNUipp-FSU, la réussite des élèves passe par la reconstitution des réseaux d’aide. Il revendique un RASED complet pour 800 élèves, il manquerait ainsi 44 RASED dans le département… Pour le SNUipp-FSU, il faudrait baisser les repères à 20 par classe dans l’éducation prioritaire et à 24 hors éducation prioritaire.

Concernant l’accueil des moins de 3 ans, pour revenir à la hauteur des pourcentages de 2003 (30% d’une classe d’âge) Une soixantaine de classe sont nécessaire. Tous les élèves doivent alors compter, et pas seulement en éducation prioritaire. En effet, si l’implantation de dispositifs « moins de 3 ans » même hors éducation prioritaire a permis de franchir la barre des 10 % de scolarisation, on n’est loin encore des 30 % de la tranche d’âge.

En ce qui concerne les « autres mesures 1°degré rentrée 2018 », une mesure nous interroge tout en nous inquiétant à la fois, c’est celle concernant les « directoires ». Cela va représenter l’équivalent de 3,5 postes pour, selon les propos de madame la recteur, piloter la mise en œuvre des réformes de la pédagogie ??? Quid du professionnalisme des enseignants, des CPC, et même des IEN. De plus, une présentation sera faite a posteriori des décisions que vous nous demandez de prendre aujourd’hui par madame le recteur.

Par contre, une mesure que nous vous proposons d’acter est celle du rétablissement du deuxième poste de CPD EM, poste supprimé il y a maintenant 3 rentrées. L’incompréhension est parfois de mise au regard des orientations ministérielles confirmées le 14 septembre 2017 en direction de la musique à l’école.

Nous terminerons en citant, une nouvelle fois, Mme la recteure de l’académie : c’est par manque de courage que des mesures de carte scolaire n’auraient pas été prises dans le Gard depuis 4 ans. Ce mot de « courage », M. le directeur académique nous tord toujours les oreilles car chaque fois qu’il est prononcé par un responsable il s’articule toujours au rythme de régressions sociales, toujours ! Dans les territoires ruraux cévenols et les écoles hors éducation prioritaire, c’est en tous cas, ce qu’élus, parents d’élèves et enseignants craignent pour leurs écoles, les conditions d’apprentissage des élèves et les conditions de travail des enseignants. Pour parler de courage nous ne pourrions dire mieux que Jean Jaurès : « Le courage c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel, c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense. Le courage c’est de chercher la vérité et de la dire, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. »

Monsieur le Directeur Académique, Mmes et Mrs les IEN, Nous vous remercions. Les délégués du SNUipp-FSU

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 10


SNUipp 30, 26 bis rue Becdelièvre 30900 Nîmes Tel : 04 66 36 63 52 Fax : 04 66 36 63 53 Email : snuipp30