Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / AESH 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site syndiquer le forum

Compte rendu audience AESH jeudi 8 avril 2021

lundi 12 avril 2021

Cette audience, en visio, a été accordée le jour de la grève des AESH organisée par l’intersyndicale FSU, FO, CGT Educ action, SUD éducation et le collectif des AESH.

Les représentantes de l’administration : Mme Taix (Secrétaire générale DSDEN) ; Mme Mirande (IEN ASH) et Mme Piquet (responsable administrative du Service École Inclusive).

Les représentant·es syndicaux : Michel Flourens (CGT-éducation) ; Ingrid Poitevin (FSU) ; Vanessa Marillat (SNUDI-FO) et Camille Lacoste (SUD-éducation).

La représentante du collectif AESH du Gard : Betty Théodor.

Les représentant·es syndicaux et du collectif AESH du Gard ont porté les revendications nationales :

- Engager une revalorisation des salaires et la possibilité de temps complet pour permettre aux AESH de vivre dignement de leur travail.

- Abandonner les PIAL et la politique de mutualisation des moyens.

- Créer un véritable statut de la Fonction Publique pour reconnaître le métier d’AESH, au niveau de la catégorie B.

- Recruter massivement des AESH pour permettre aux élèves ayant des notifications d’être accompagnés à hauteur des besoins.

Les représentantes de l’administration répondent qu’elles ne peuvent apporter de réponses sur certaines revendications exprimées : abandon des PIAL, arrêt de la mutualisation des moyens, création d’un statut et revalorisation salariale. Le DASEN fera remonter ces revendications à la Rectrice puis au ministère.

Dans le Gard, l’organisation des PIAL n’est pas encore arrêtée par le DASEN mais devrait se mettre en place conformément au décret. Les AESH seront informé·es au plus tôt de leur rattachement à un PIAL pour la rentrée 2021.

Nous réitérons notre demande d’abandon des PIAL et demandons un accompagnement limité à 2 ou 3 élèves maximum afin de permettre un accompagnement de qualité pour les élèves en situation de handicap et leurs familles.

L’administration répond que c’est la MDPH qui notifie les heures en fonction des besoins des élèves, seuls les enfants présentant des troubles TSA importants ou d’autres handicaps bénéficient d’AESH individualisé·es. La mutualisation sans indiquer le nombre d’heures, c’est pour laisser plus de souplesse aux équipes ! Mme Piquet indique qu’aucune AESH dans le Gard n’a pas plus de 4 élèves à accompagner !

La FSU fait remarquer que c’est plutôt le manque d’AESH, encore plus cette année avec des collègues qui sont légitimement en ASA ou en arrêt maladie / cas contact, qui fait que les AESH soient obligé·es d’accompagner plus de 4 élèves soit en même temps (même classe) soit dans des classes différentes avec très peu d’heures pour l’élève. Il n’y a pas de pôle remplacement ni de recrutement prévu notamment pour des élèves avec PPS qui arrivent d’un autre département en cours d’année.

Betty Théodor souligne que certains élèves sont en souffrance, en échec scolaire et il est difficile de gérer le handicap, le travail scolaire et la distanciation physique prônée par les mesures sanitaires en vigueur !

Mme Mirande répond qu’on ne demande pas aux AESH de connaître le contenu des programmes ni tous les niveaux mais que leurs missions soient bien identifiées par les enseignant·es et par l’élève. L’AESH doit travailler les compétences transversales dont l’autonomie de l’élève et l’enseignant·e le contenu de la matière enseignée. Ce positionnement doit être complémentaire !

D’autres points ont été abordés lors de cette audience par les différents représentant·es :

-  la formation : La formation initiale de 60 H la première année est faible. Les AESH ont accès aux plans départemental et académique de formation mais elles ont difficilement l’information. Mme Mirande répond que toutes les formations sont proposées dans les plans de formation et que les AESH doivent faire la démarche de s’inscrire. Il existe des formations en partenariat avec les centres médico-sociaux (UNAPEI 30).

- la communication des informations directement aux AESH : Un guide AESH a été édité par le SEI et doit être mis en ligne sur ACCOLAD (plateforme académique de mutualisation d’informations et de documents).

Mme Taix explique que la communication institutionnelle se fait par voie hiérarchique : les informations sont transmises aux chefs d’établissement et aux directeurs·trices à partir d’une liste de diffusion et c’est à eux de les transmettre aux AESH.

La simplification des tâches administratives pour les directeurs·trices n’est pas encore prévue et l’information directement donnée aux AESH n’est pas envisagée !

- l’adresse mail académique et son identifiant (NUMEN) : Un livret, en complément du guide, expliquera comment activer l’adresse mail académique (prenom.nom@ac-montpellier.fr). Pour la perte ou l’oubli du NUMEN, les AESH peuvent contacter individuellement leur gestionnaire (Service école inclusive ou lycée A.Camus) afin de récupérer leur identifiant.

Depuis 2 ans, la FSU demande, lors des audiences, que les personnels AESH soient informées et aidées dans la mise en service de leur adresse mail académique ainsi que pour l’accès à ACCOLAD.

N’hésitez pas à nous faire remonter les dysfonctionnements pour vous connecter.

- les frais de déplacements qui représentent un coût, notamment avec la mise en place des PIAL :

Ils sont pris en charge dans certaines conditions en suivant la réglementation. Il faut s’adresser au SEI et à son gestionnaire qui donnera la procédure à suivre.

- les jours de fractionnement :

Les 2 jours de fractionnement ont bien été intégrés car les contrats sont établis sur la base de 1593H et non 1607H. Certains ont eu des avenants à leur contrat. Vérifiez bien vos contrats et contactez votre service gestionnaire si nécessaire.

-  l’indemnité compensatrice CSG Quel calendrier ? :

Mme Taix répond que cela a été géré par les services et nous indique de faire remonter les demandes par mail.

- les missions de l’AESH référente :

demande du collectif à ce qu’elle vienne sur le terrain rencontrer et aider/conseiller les collègues. L’administration répond qu’elle ne se déplacera pas mais qu’elle peut être contactée par téléphone (coordonnées dans le guide AESH) et qu’elle a un rôle d’écoute puis d’orientation vers les différents services en fonction des questions posées.

- Quel est le bilan de l’enquête sur les besoins en formation envoyée aux AESH ?

Mme Piquet répond que près de 50 % des AESH ont répondu à cette enquête. Des demandes ont été formulées par les AESH et le SEI est en train d’y travailler.

En conclusion, Mme Taix rappelle que le SEI est à la disposition des AESH et que toutes les questions doivent lui être remontées pour pouvoir y répondre. Le guide AESH va être mis sur ACCOLAD. Mme Mirande précise que des interlocuteurs peuvent être contactés à la DSDEN : une psychologue, une personne ressource TSA, l’UNAPEI 30 Alès et Bagnols-sur-Cèze (3 équipes supplémentaires prévues pour le Gard).

Pour la FSU Ingrid Poitevin, AESH

Au niveau national les organisations syndicales appellent les AESH à se mobiliser après les vacances !

Le gouvernement doit dès maintenant apporter des réponses à ces revendications légitimes afin de reconnaître véritablement les missions des AESH et d’accorder les moyens nécessaires à l’accompagnement des élèves en situation de handicap.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 8