Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / INFOS DIVERSES 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site syndiquer le forum

AUTO EVALUATION DES ECOLES

vendredi 26 novembre 2021

Depuis la rentrée 2021, le ministre expérimente "l’évaluation des écoles", visant notamment à lier acquisitions et résultats des élèves aux pratiques professionnelles et choix opérés par l’école, en s’intéressant aux temps scolaire et périscolaire, au fonctionnement de l’école.

Le cadre : L’évaluation des établissements, confiée au Conseil d’évaluation de l’École, est inscrite dans la loi de 2019 dite « pour une École de la confiance ». Chaque établissement a vocation à être évalué tous les 5 ans. Le cadre de l’évaluation affiche « une finalité formative d’amélioration et d’accompagnement ». Mais dans la réalité, on nous demande de faire mieux avec des moyens constamment en baisse.

L’utilisation des évaluations nationales standardisées ferait entrer l’école dans une logique de comptes à rendre. Le risque est grand, par la distribution aux parents et aux élèves de questionnaires type « questionnaires de satisfaction » d’instaurer une relation "clientéliste" qui est inacceptable et en opposition avec les valeurs du Service public. A l’issue de la phase d’évaluation, le danger de contractualisation des moyens est fort.

Pour le SNUipp-FSU, il s’agit encore d’accentuer la mise sous tutelle des équipes enseignantes et cela va à l’encontre des missions et valeurs du service public.  Elle vise à faire porter à l’établissement la responsabilité des difficultés rencontrées. Elle est extrêmement chronophage pour les équipes et, surtout, complètement déconnectée de la question des moyens.

Le SNUipp-FSU s’oppose à ce système d’évaluation. Il appelle les équipes des écoles à ne pas y participer et communiquera largement sur ses dérives.

Dans le département du Gard, 15 écoles ont été désignées volontaires pour y participer et ont reçu cette information (et d’autres écoles dans l’académie) :

« L’académie de Montpellier participe actuellement à l’expérimentation visant à définir et mettre en œuvre un protocole d’évaluation des écoles du 1er degré. Dans ce cadre, Madame la rectrice vous remercie très chaleureusement de participer à la phase de cette expérimentation qui consistera à procéder à l’évaluation des écoles engagées dans le dispositif d’ici la fin de l’année civile 2021. L’expérimentation conduite dans l’académie concerne 25 écoles, désignées par le DASEN du département, et s’appuie sur une double démarche :
- une auto-évaluation menée au sein de chaque école expérimentatrice associant largement l’ensemble de la communauté éducative (équipe éducative, parents d’élèves, collectivités territoriales, partenaires extérieurs...) ;
- une évaluation externe, conduite par une équipe composée de deux ou trois auditeurs issus des corps de l’encadrement académique (corps d’inspection, personnels de direction, encadrement administratif). »

Les écoles ont reçu des documents avec des propositions de questionnaires à utiliser ou à modifier en fonction de leur choix avec des sujets ou questions du type :
- pour les élèves : évaluer le ressenti dans l’école et dans la classe, qualité et quantité de travail en classe, « est-ce que tout mis en œuvre pour t’aider ? »
- pour les parents : noter les valeurs transmises par l’école de leur enfant, la qualité de l’enseignement, la participation des parents à la vie de l’école, la communication école/familles, nombre suffisant de rdv avec les enseignants, projets « pertinents » au sein de l’école …
- pour les enseignants : rapport avec le périscolaire, qualité des locaux, l’école gère-t-elle bien l’absentéisme, le décrochage, les outils numériques, … ?, relations avec les parents d’élèves, quantité et qualité des sorties pédagogiques…

CONSIGNE : Le SNUipp-FSU invite les écoles contactées pour participer à l’auto-évaluation des écoles de refuser d’y participer ou de se retirer du projet et à envoyer la motion ci-dessous à l’IEN.

MOTION PROPOSEE

Devant l’absence de temps dégagé par l’institution, Estimant que l’école n’a pas à subir une « enquête de satisfaction » de la part des usagers comme une entreprise privée, Estimant que le conseil d’école associe déjà les parents et leur permet d’évoquer le fonctionnement, les projets pédagogiques, Estimant que le projet d’école et ses avenants permettent de prévoir les actions à mener et de les évaluer,

Pour toutes ces raisons, le conseil des maîtres de l’école ……….………………...refuse de continuer l’expérimentation sur l’auto évaluation des écoles.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 26