Retour accueil

Vous êtes actuellement : NEO (jeunes enseignants) 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site syndiquer le forum

Audience avec la directrice de l’ESPE le 08/10 : compte-rendu

mardi 20 novembre 2018

Comme chaque année, le SNUipp-FSU du GARD a souhaité rencontrer Mme BRUNOT, directrice de l’ESPE de Nîmes, pour échanger sur la formation, exposer son projet syndical sur la formation initiale et porter la parole des professeurs des écoles stagiaires (PES), des étudiants ...

Voici les thèmes et questions abordés par le SNUipp-FSU :

La formation proposée à l’ESPE 2018-19

- État des lieux :

  • Nombre de M1 : 216
  • Nombre de M2B : 65
  • PES 2018-19 : 64
  • Nombre de PES redoublements : 3
  • Nombre de PES en prolongation : 3
  • Démission ? 1 à ce jour

- Combien de maîtres formateurs ? 30 de MAT ? 200 .

Le SNUipp-FSU regrette que les maîtres formateurs soient la plupart regroupés sur Nîmes dans des écoles d’applications et non pas dans des écoles rurales, REP, de villages … ce qui permettrait aux PES de voir et de vivre les réalités du terrain sur tout notre département.

- La maquette de formation est-elle identique à celle de l’an dernier ?

Oui, avec une nouveauté : pour les étudiants qui n’ont pas suivi un cursus M1 MEEF , une UE professionnelle a été rajoutée de 3 x 3 heures.

Suite aux retours des T1, T2 , les débuts du métier restent difficiles car même s’ils ont un apport théorique, didactique important et de qualité, comment gérer les situations avec des élèves qui résistent ? « Pas de métier sans gestes et sans règles du métier » comme le dit Olivier Maulini (professeur associé à l’Université de Genève dans le domaine « Analyse du métier d’enseignant » ). Les stagiaires souhaiteraient avoir davantage d’heures sur les gestes professionnels.

Les remontées des étudiants et PES 2018-19 concernant leur formation.

- PES : Dans l’ensemble, ils sont plutôt satisfaits de leur M1 pour la préparation aux concours. Pour le moment, ils sont plutôt satisfaits de leur M2 pour la préparation de classe, fiche de préparation, progressions, pédagogie… Cependant ils demandent plus d’UE sur les gestes professionnels, la conduite de classe, ce que recouvre le métier de l’enseignant (toute la partie administrative, le travail avec la communauté éducative, les droits des personnels…). De plus, ils disent « ne pas profiter » de leur formation à l’ESPE car ils sont en stress pour leurs jours d’école : préparer la classe, gérer la classe, préparer les visites des tuteurs et souhaitent faire au mieux. Ils manquent de temps pour réfléchir concrètement sur leur métier, leurs pratiques, leur recherche…

Certains PES ont « peur » de parler de leurs difficultés, de donner leurs avis à leurs tuteurs car ils ont peur de la non-titularisation.

Si les PES rencontrent des difficultés relationnelles avec leurs tuteurs, dans leur classe, avec des collègues ou autre, le SNUipp -FSU conseille de contacter leurs CPC ou leur IEN et ne pas hésiter à nous contacter également.

- M1 : les M1 nous ont fait part de leur impossibilité d’avoir un « job étudiant », l’emploi du temps change à chaque période et le volume horaire n’est pas réparti équitablement dans l’année. Certains se retrouvent en difficulté financièrement. Mme BRUNOT rappelle qu’il est possible d’accorder une dispense d’assiduité, il ne faut pas hésiter à lui en parler.

- Quelle aide proposez-vous aux PES qui rencontrent des difficultés ?

Mme BRUNOT nous explique le dispositif DASC (Dispositif d’Aide, de Soutien et de Conseil). C’est un suivi non obligatoire et proposé aux PES qui permet, comme son nom l’indique, de proposer une aide et un accompagnement supplémentaires en réponse aux aux difficultés identifiées. Il peut être proposé par les PEMF (tuteur terrain), le tuteur universitaire, le conseiller pédagogique de la circonscription et peut être à la demande du PES. Ce dispositif est mis en place lorsque le PES rencontre des difficultés de gestion de classe mais aussi des difficultés pédagogiques comme la rédaction de fiche de préparation…. Mme BRUNOT insiste sur le fait que ce dispositif est un dispositif d’aide et en aucun cas un outil de stigmatisation car l’objectif premier est d’accompagner les PES pour la réussite de leur année de stage. L’année dernière 80% des étudiants ayant bénéficié d’un DASC ont été titularisés Le SNUipp-FSU précise que ce dispositif est plutôt bien accueilli par les PES mais qu’un manque de communication existe lors de sa mise en place qui crée parfois des tensions entre PES / tuteurs, PES/ équipe enseignante… et est parfois mal vécu par les PES.

- Quelle est la procédure de demande d’autorisation d’absence pour les PES ?

Pendant le temps école, la demande se fait auprès de l’IEN de sa circonscription.

Pendant le temps formation à l’ESPE, la demande se fait auprès de Mme BRUNOT.

Retours et bilan de la formation des PES 2017/18

Le SNUipp-FSU est intervenu à plusieurs reprises auprès de la DSDEN concernant le suivi des PES 2017-18 et a défendu plusieurs dossiers. Lors des instances officielles et lors d’audiences avec l’IENA, nous avons fait remonter les difficultés rencontrées par les PES et revendiquer leurs droits. Nous avons fait part à Mme BRUNOT d’une liste non exhaustive des problèmes rencontrés l’an dernier par les PES :

  • manque de bienveillance de la part de certains tuteurs
  • non respect des procédures officielles comme par exemple la mise en place de DASC, rapports de stage...
  • pression et parfois intimidation de la part de certains tuteurs et de la hiérarchie
  • manque d’harmonisation entre les demandes et les exigences de chaque tuteur
  • Mme BRUNOT prend note et nous a répondu que lorsqu’un PES se sent en difficulté, il est important qu’il en informe rapidement toute l’équipe de formateurs qui l’accompagne, tant du côté de l’ESPE que du côté de l’employeur faut prévenir au plus vite ses CPC et IEN. Elle précise également que les PES ne doivent pas hésiter à prendre RV avec elle pour exposer leur situation ; elle peut gérer directement les éventuels problèmes liés à la formation universitaire dispensée par l’ESPE, tout en travaillant en étroite collaboration avec l’ADASEN pour ce qui concerne l’accompagnement professionnel des PES sur le terrain.

Retours des T1,T2,T3

Leurs difficultés sur le terrain :
- démunis face aux réalités du terrain
- charge de travail très importante en plus des délais de route pour se rendre au travail
- les implications dans leur vie privée
- les relations avec les parents d’élèves.

Le projet du SNUipp-FSU sur la formation initiale

Pour le SNUipp-FSU, enseigner est un métier qui s’apprend. Il faut donc une formation ambitieuse avec des moyens donnés à l’ESPE. Le SNUipp-FSU porte un projet de formation initiale de la licence jusqu’à l’année de T2 validée par un master avec :
- dès la licence( L3), des UE de professionnalisation et de préparation au concours
- concours en fin de L3 avec comme suite de formation l’obtention d’un master en tant que fonctionnaire stagiaire.
- Les périodes de stages en classe ne doivent pas dépasser le 1/3 temps : 1 jour par semaine en classe et des stages filés dans l’année (ce qui permettrait des stages dans les autres niveaux et des supports de remplacement pour les titulaires).
- Proposer différents niveaux de classes et différents types de postes (classe ordinaire, classe unique, REP+, SEGPA, ULIS...)
- une année de T1 à mi-temps et une poursuite de la formation en T2.

Il est urgent de s’attaquer à la crise de recrutement et démocratiser l’accès au métier, de permettre une véritable formation initiale « Les stagiaires ne doivent pas être des moyens d’enseignement. »

Laetitia MELLADO – Myriam VERMALE

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 13