Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  / Grèves - Actions 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site syndiquer le forum

Le 23 septembre : grève dans l’Education Nationale

vendredi 10 septembre 2021

Pour un plan d’urgence dans l’éducation, pour les postes, les salaires, l’amélioration des conditions de travail.

Appel à se mobiliser et à se mettre en grève le 23 septembre et à préparer la mobilisation interprofessionnelle

L’École a été soumise à rude épreuve et les personnels ont terminé l’année dans un état de fatigue rarement atteint et cette rentrée 2021 a été de nouveau marquée par le manque d’anticipation et la confusion de la politique suivie face à la poursuite de la crise sanitaire. Par ailleurs, alors que cette rentrée aurait nécessité la mise en place d’un plan d’urgence et la création massive de postes pour l’éducation dans un contexte qui a rendu plus compliquée la progression des apprentissages, le ministère poursuit une politique qui va à rebours des besoins du service public.

Encore une fois, le ministre est dans le déni de réalité en refusant de prendre les mesures nécessaires. Cette absence d’anticipation et de prise de décisions est irresponsable au regard des enjeux de gestion et de sortie de crise et sont, une fois de plus, une illustration :

- DU MÉPRIS DES PERSONNELS

Avec la suppression des CAP, les droits des agent-es ont été rognés. La perte d’attractivité des métiers (salaires, conditions de travail) donne lieu à un recours de plus en plus important à l’emploi précaire. Après plus de 10 ans de gel de point d’indice, le Grenelle a été annoncé sans aucune concertation, pour permettre une revalorisation dite « historique » par JM Blanquer ... qui se traduit en réalité par une volonté affichée de ne pas revaloriser les traitements indiciaires des personnels et de lier toujours plus les salaires à une charge de travail de plus en plus lourde.

Des salaires qui restent bas, ça suffit ! La Fonction publique est affaiblie, les attaques se succèdent envers le monde du travail dans son ensemble : réforme de l’assurance chômage et menace sur celle des retraites... Les salarié-es n’ont pas à payer la crise !

- DES CONDITIONS DE TRAVAIL DÉGRADÉES

La crise sanitaire a révélé les carences de l’école, les choix politiques les ont aggravées. Les effectifs sont trop lourds dans les classes. Or cette rentrée se fait encore sous le signe des suppressions de postes dans le second degré, et du manque de moyens dans le supérieur : les élèves et étudiant-es seront « entassé-es » au mépris de la distanciation nécessaire... Les protocoles encouragent le recours à l’enseignement hybride au mépris des textes statutaires et des possibilités des ensei− gnant-es. Quant aux jeunes, il leur faut suivre les cours sans aucune prise en compte des derniers mois, sans aménagement, ni rattrapage : nous réclamons un plan d’urgence pour l’éducation, des moyens pour travailler en groupes réduits avec le recrutement immédiat du nombre d’enseignants nécessaires et la prise en compte des besoins pour alléger les effectifs des classes.

- DES RÉFORMES REJETÉES PAR UNE MAJORITÉ DE LA PROFESSION

Les ministres Blanquer et Vidal poursuivent leur train de réformes pourtant contestées de longue date : Loi de Programma tion de la Recherche, menaces sur la direction d’école, réforme du Bac et du lycée, réforme de la formation initiale (INSPE), transformation de la voie professionnelle et montée en charge de l’apprentissage... La réforme (la destruction !) de l’Éducation prioritaire est sur les rails, prévue pour la rentrée 2022. Aucune de ces mesures ne va dans le sens de l’école que nous défendons, une école qui permette à toutes et tous d’accéder aux apprentissages et de préparer l’émancipation des futurs citoyens. À l’inverse de la nécessaire démocratisation du système éducatif, elles procèdent de méthodes managériales (injonctions, contrôle du travail) pour imposer une école inégalitaire et sélective.

Nos organisations dénoncent l’ensemble de ces mesures qui tournent le dos à la priorité à l’éducation et cherchent à transformer en profondeur les métiers dans le sens de contraintes supplémentaires sur les personnels : projet de création d’un emploi fonctionnel de directeur d’école et de hiérarchies intermédiaires, pilotage par l’évaluation. Nous ne pouvons accepter de tels reculs.

Nos organisations refusent la généralisation du contrôle continu et demandent le rétablissement du baccalauréat national pour la session 2022, avec des épreuves nationales, terminales et anonymes.

Nos organisations appellent la profession à se mobiliser afin d’exiger un plan d’urgence pour le service public d’Éducation. Notre École ne peut fonctionner sans moyens supplémentaires et sans personnels revalorisés et reconnus dans leurs expertises professionnelles.

A l’image des mobilisations déjà en cours, au collège des Oliviers à Nîmes pour obtenir le rétablissement de deux postes de CPE, ou des AESH qui refusent d’être sous la coupe des PIAL dans notre département, la FSU, FO, CGT et Solidaires appellent les personnels à la grève le 23 septembre. Nos organisations appelleront à poursuivre ces actions, en particulier dans le cadre d’une mobilisation interprofessionnelle.

TOUTES ET TOUS EN GRÈVE JEUDI 23 SEPTEMBRE :

MANIFESTATIONS

- ALÈS, 10H devant le lycée J-B Dumas.

- NIMES, départ 14h30 de la Maison Carrée,

OUTILS POUR LA GREVE

- DÉCLARATION D’INTENTION DE FAIRE GRÈVE

Les grévistes informent l’IEN de leur intention de faire grève par mail (avec accusé de réception de votre mail) de préférence par messagerie professionnelle Ce mail doit parvenir 48 heures avant le jour de la grève incluant au moins un jour ouvré.

ATTENTION : ENVOYEZ la déclaration préalable d’intention de grève avant lundi 20 septembre 2021 minuit pour être en grève le jeudi 23 septembre 2021.

Modèle de déclaration :

Word - 11 ko

Cette déclaration préalable, obligatoire dans le premier degré, est contraignante mais n’entraîne pas de retenue sur salaire, c’est sur les signatures de présence ou absence lors de la journée dans un tableau rempli à l’école a posteriori que l’administration se base pour considérer les personnels comme grévistes ou non.

Si vous n’avez pas fait grève, il suffit d’envoyer en fin de semaine le tableau de service fait pour la semaine.

Rappel : les collègues non grévistes ne doivent pas répondre aux demandes des secrétariats de circo ou IEN à propos du nombre de grévistes.

- LETTRE AUX PARENTS

Vous trouverez ci-dessous une proposition de courrier à distribuer aux parents pour la journée de grève du 23 septembre. À distribuer sous pli agrafé ou à la sortie de l’école.

opendocument text - 22.7 ko

- LES MULTIPLES RAISONS DE FAIRE GRÈVE :

Les raisons et l’urgence de la mobilisation de tous les personnels : télécharger le 4 pages du SNUipp-FSU ci-dessous.

PDF - 271.6 ko
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1